Colloque de Cerisy

Les business models des communs numériques

Intervention de Sébastien Broca dans le cadre du Colloque « Vers une République des communs ? « 

Cette communication cherchera à analyser les divers business models liés aux communs numériques, en repartant d’une caractérisation précise des formes sociales construites autour de ces ressources partagées. Il s’agira d’envisager les différents moyens grâce auxquels un individu, un collectif ou une entreprise peut réussir à dégager les ressources nécessaires à la production de communs, sans pour autant organiser la rareté de ceux-ci et reconduire les logiques typiques de l’exclusivisme propriétaire. On reviendra sur ce qu’est un business model, on interrogera les évolutions liées aux innovations technologiques, puis on s’efforcera de dresser une typologie des différents modèles existants avant d’esquisser quelques pistes pour l’avenir.

Sébastien Broca est sociologue, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Ses recherches portent sur le développement des communs numériques (logiciels libres, Creative Commons, etc.) dans une perspective cherchant à articuler certains apports de la théorie critique et une réflexion sur l’économie politique d’Internet.

Colloque de Cerisy

Entre la République coopérative et les biens communs – plus que des affinités

Intervention de François Draperi dans le cadre du Colloque « Vers une République des communs ? « 

En nous penchant comparativement sur l’expérience coopérative et sur le devenir des communs, nous aboutissons à cette proposition: il n’est pas de communs sans communautés comme il n’est pas de coopérative sans coopérateurs. Au-delà de l’analogie, nous nous demandons si le lien entre coopérative et communs ne peut être pas pensé en termes d’homologie, voire d’identité. Quelle que soit la période considérée et conséquemment le type de République (de travailleurs, de consommateurs, d’habitants), quel que soit l’espace territorial qu’elle exprime (la communauté/le monde/le milieu), nous montrerons que les Républiques coopératives sont les expressions contemporaines parmi les plus abouties des modes de gouvernement des communs.

Colloque de Cerisy

Communs et républicanisme – l’expérience de la Révolution française

Intervention de Yannick Bosc dans le cadre du Colloque « Vers une République des communs ? « 

La république est communément définie en creux comme une forme de gouvernement opposée à la monarchie. Cette définition négative à laquelle nous sommes accoutumés masque une définition positive et plus exigeante dans laquelle la république est à la fois pensée comme un bien commun et comme le mode de gouvernement de ce bien commun — ce mode de gouvernement étant donc constitutif du bien commun qu’est la république. Dans cette acception de la république, ce mode de gouvernement consiste dans la démocratie. Le retour de la problématique des « communs » donne une nouvelle visibilité à cette république pensée comme un « commun » qui a en particulier été mise en œuvre pendant la Révolution française, sous la Convention montagnarde. Inscrite dans une longue tradition politique, elle constitue un républicanisme de droit naturel selon lequel la raison d’être d’une république consiste à garantir le droit à l’existence de ses membres.

Colloque de Cerisy

Des petites républiques ordonnées autour de Communs. Du Haut Atlas au Massif Central

Intervention de Sarah Vanuxem dans le cadre du Colloque « Vers une République des communs ? « 

Les sections de communes désignent des fractions communales ayant la propriété de biens distincts de ceux des communes dont elles font partie. Ces biens de section ou sectionaux peuvent consister en des pâturages, forêts ou champs, en des droits d’usage, par exemple, d’affouage, de pacage, de chasse ou de cueillette. Il peut encore s’agir d’un moulin, d’une fontaine, d’un four à pain, voire de matériel agricole. Une forme de propriété originale, la propriété sectionale est appelée à disparaître suite à l’entrée en vigueur d’une loi du 27 mai 2013 dite de « modernisation du régime des sections de commune ». On assiste cependant à l’entrée en résistance de plusieurs communautés de sectionaires pour la défense de leurs biens et de leurs systèmes de gestion collective. A partir de l’étude de quelques unes de ces sections de commune, désormais engagées dans une lutte pour leur survie, nous nous demanderons dans quelle mesure la propriété sectionale pourrait constituer un modèle de « Commun » susceptible de favoriser le retour des « paysans ».

Ecouter la conférence

Sarah Vanuxem est maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis (GREDEG).

  • Principales publications en lien avec les Communs
  • Les choses saisies par la propriété, préface Th. Revet, IRJS, 2012.
  • « PIPRA (Public Intellectual Property Resource for Agriculture): une tentative avortée de pallier la faiblesse du domaine public dans les technologies agricoles », in B. Coriat (dir.), Le retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire, LLB, 2015.
  • « L’appropriation au/du territoire Aït M’hand. Incursion dans le Haut-Atlas marocain », in S. Vanuxem et C. Guibet Lafaye (dir.),Repenser la propriété, un essai de politique écologique, PUAM, 2015.